A tout nouveau joueur potentiel, le forum est inactif depuis plusieurs années. Si vous êtes un ancien nostalgique, passez dire bonjour à la taverne !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir

Aller en bas 
AuteurMessage
Dergor

avatar

Nombre de messages : 11

~ Fiche ~
~ ~: Ourouk-hai
~ ~:

MessageSujet: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Dim 6 Avr 2014 - 22:22

Race: Uruk-Hai

Peuple: Ourouk-hai

Nom du personnage: Gro'Grimor (fils de Grimor)

Surnom du personnage: Dragon Blanc

Prénom du personnage: Dergor

Âge du personnage: 46 ans

Ville: Khazad-Dûm

Présentation de votre personnage :

Histoire:

Dergor est né dans la ville de Carach Angren et vécu avec son père Grimor pendant les débuts de sa vie durant laquelle, il apprit à manier les armes en tout genre et à entretenir son armure. Son père n'était pas socialement élevé et le jeune uruk dû par conséquent rejoindre rapidement les rangs de l'armée pour ne plus être une charge pour sa famille. C'est là que débuta réellement sa vie.

Pendant de longues années, il marcha aux ordres du seigneur de la ville sans avoir de chances de prouver sa valeur malgré sa taille remarquable et ses épaules larges qui lui avaient valus de rentrer dans la caste des berserks lors du test d'inscription dans l'armée. Ce dernier se limitant à examiner le futur soldat et selon sa force et sa stature, il était soit soldat, soit arbalétrier, soit ingénieur des machines ou encore berserk pour les plus forts. Il avait donc été sélectionné pour rentrer dans cette dernière caste sans grande surprise pour personne. La couleur de sa peau fut toutefois un frein à son intégration dans la troupe. En effet, là où les autres uruk-hai avait la peau noire comme le charbon, lui en avait une blanche comme les premières neiges d'hiver ce qui lui attira bon nombre de railleries bien que peu osèrent les lui faire en face. On le surnommait alors Dergor le Blanc et beaucoup pensait qu'il allait leur causer des torts comme Gandalf le Blanc il y a bien longtemps.

Puis vint un jour de printemps qui changera à jamais son destin. Sa patrouille se trouvait à la lisère Sud-ouest de Fangorn entre sa ville et Dunlostir ancien bastion du royaume d'Isengard sous le règne d'Huruk II et perdu depuis sa chute. Sa troupe tomba alors nez à nez sur une force du Rohan qui les chargea prestement. Inférieur en nombre, les uruk-hai adoptèrent immédiatement la formation serrée pour tenir le choc de la charge, bien qu'il était sûr que la bataille semblait déjà perdue d'avance, ce qu'aucun uruk-hai n’admettra de toute manière jamais. Les flèches rohannes filèrent telle le vent et touchèrent mortellement deux frères d'arme qui se trouvaient près du berserk de la compagnie. Ne disposant pas d'arme de jet, car jugée trop coûteuse par le suzerain, la troupe ne pouvait rien faire tant que l'infanterie ennemie ne sera pas suffisamment près pour que le capitaine des uruks ne sonne la charge. Encore un peu et la charge allait être lancée et les humains allaient payer leur hardiesse. Mais l'ordre ne vint jamais. Gro'Grimor s'inquiéta du pourquoi et il vit que le chef de la troupe était mort à moins d'un pas de lui, une flèche en pleine gorge. Il regarda autour de lui, mais personne ne semblait avoir envie de prendre l'initiative de donner l'ordre. Alors, il hurla, comme tout bon berserk, son épée levée haute dans le ciel et il chargea.

Il fut bien vite accompagné dans son élan par le reste de l'unité remotivée par leur élément d'élite. La rencontre entre les deux camps se fit dans les cris et le sang. Les bruits des armures déchirées et de la chair tranchée se répandirent dans toute la montagne en même temps que celui des lances et des boucliers brisés par la charge. Rentrant dans une furie sanguinaire, Dergor se battit avec une rage montant en même temps qu'il donnait la mort et la voyait donner à l'encontre de ses frères. Il avait sonné la charge et il comptait désormais montrer aux soldats que sa couleur de peau n'était pas une faiblesse ni un signe de déchéance. Durant les longues années d'entraînement, il avait fait toujours plus que les autres pour prouver sa valeur et aujourd'hui, cela se voyait, car même un autre berserk aurait hésiter avant de se mesurer à lui en voyant le massacre qu'il arrivait à causer. Ce fut un carnage pour les deux camps, mais à chaque mort de son côté, Dergor en découpait deux ou trois chez le Rohan et bien vite les humains prirent peur face à ce monstre blanc et sa horde d'uruk-hai déchaîné parce qu'ils prirent pour leur chef. Ils commencèrent à se débander en même temps que leurs coeurs fragiles d'humain s'emplissaient de terreur et de désespoir. L'Uruk-hai albinos hurla alors une nouvelle fois à plein poumon et le reste des hommes encore debout tournèrent les talons, laissant leurs armes derrière eux pour s'alléger et ainsi espérer distancer les démons qu'ils avaient eu le malheurs de croiser sur leur route. La fuite. Grave erreur de leur part, car Gro'Grimor sonna la chasse et la troupe rattrapa tous les fuyards jusqu'aux derniers. Les têtes des soldats humains furent tranchées et attachées aux ceintures des guerriers survivants avant qu'ils ne rentrent en ville en triomphe, les corps des hommes portés comme des sacs. Un festin se présageait.

En étant le premier à charger et en s'étant montré terrifiant au combat, Dergor était définitivement sorti du rang. Les guerriers qui s'étaient battus avec lui l'avaient vu à l'oeuvre et racontèrent partout la force de Dergor le Dragon Blanc. On parla également de la capacité qu'il avait eue à rester suffisamment lucide pour continuer à motiver et à coordonner la troupe tout en étant une furie aux combats. Bien vite et après un test dévoilant son intelligence supérieur pour un berserk, le seigneur des lieux le fit devenir chef de patrouille et le jeune officier ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Il ne s'agissait en effet que du premier échelon d'une longue lignée après lui.

Il ne lui fallut que deux décennies pour devenir le plus grand général des armées de son seigneur et premier berserk à atteindre ce rang. Et durant ce laps de temps, il était devenu si puissant et si respecté parmi les troupes que le chef des lieux en prit peur. Tout particulièrement et cela Dergor l'ignorait, à cause d'un autre général qui voyait d'un très mauvais œil ce berserk blanc qui avait réussi à prendre la place qu'il convoitait et qu'il comptait bien faire tomber de son piédestal. De ce fait et craignant qu'il ne se rebelle contre son autorité, le seigneur décida de le faire assassiner durant une campagne militaire organisée dans ce but. L'objectif étant de l'éliminer afin que son armée, regroupant spécialement tous ses plus fidèles soldats, privée de son chef renonce à la campagne. Tombant ainsi en disgrâce parmi les leurs, ils seront obligés de lui obéir pour remonter dans son estime et par conséquent tomberont sous son contrôle total. Ce plan ayant, bien sûr, été susurré par l'officier malicieux qui comptait bien le remplacer rapidement ensuite.

Le Grand général était dans sa tente de commandement quand un bruit derrière lui l'intrigua. L'instinct de la machine à tuer qu'était ce berserk s'éveilla immédiatement en lui et il fit un rapide pas de côté, évitant du même coût une épée qui vint se figer dans le bois de la table des cartes. Son coude fila immédiatement dans le visage de l'intrus qui s'était introduit dans ses quartiers. Ce dernier s'effondra en arrière dans un grognement et un flot de sang sortant de son nez brisé. Le général saisit son épée qui était posée sur la table et en prenait toute la longueur tant elle était colossale. Juste à temps pour parer une seconde attaque d'un nouvel ennemi. Il remarqua alors qu'il s'agissait d'un uruk. Surpris, mais trop habitué à tuer, il fit rapidement sauter la garde de son adversaire d'un mouvement du poignet et il lui trancha proprement la tête de son épée à deux mains qu'il magnait d'une seul avec aisance. Sortant d'un trou fait d'en la toile de sa tente, trois autres guerriers uruk-hai le chargèrent immédiatement.

Le chef d'armée para la première attaque sans pouvoir contre-attaquer, car déjà le second adversaire l'assaillait. Dergor fut plus rapide en le frappant du revers à la tête avec son autre main surprenant son opposant qui vola sur deux mètres, son crâne délogé de ses vertèbres et ses yeux regardant dans son dos. Le général était bien plus large qu'eux. Il était un berserk après tout, de vulgaires soldats ne pouvaient rien contre lui. Le troisième adversaire, ne craignant pas la peur comme tous les uruks, se jeta sur lui et fut tranché en deux en même temps que son épée volait pour aller se planter un peu plus loin. Le dragon blanc se retourna vers le dernier soldat debout qui levait son épée pour frapper. Dergor bloqua l'attaque en agrippant le bras du guerrier avant qu'il n'ait eu le temps de finir son geste. Il le souleva ensuite comme un chiffon et, sans plus de cérémonie, l'éventra. L'uruk hurla quand ses tripes quittèrent son ventre, preuve qu'il n'était pas un berserk, celui-ci n'aurait même pas esquissé une grimace tout en se jetant sur le visage de l'impudent qui lui aurait causé cette blessure. Le général sourit en sentant le sang sur son visage, avant de jeter négligemment la dépouille au sol. Il était déçu que chacun de ses adversaires soient si vite mort. C'est alors qu'il se souvient du premier qui l'avait attaqué et qu'il n'avait plus revu, ni donc achevé, depuis le début du combat. Comme pour confirmer ses craintes, il sentit un violant coup à la tête et s'effondra comme une masse.

Dergor ne dût sa survie qu'à la chance, car le premier coup porté à sa tête avait été causé par une masse, l'épée de l'assassin étant restée incrustée dans la table et l'uruk ne fut pas assez fort pour le tuer. Il dut également sa survivance à l'intervention relativement rapide de sa garde personnel, attirée par les cris de l'éviscérer et qui réussit à éliminer le dernier guerrier ennemi avant que celui-ci ne puisse porter un second coup, sûrement fatale cette fois-ci. Le complot concernant cette tentative de meurtre fut rapidement découvert, car les assassins, qui avaient profité de la nuit pour passer à l'acte, avaient oublié de se dévêtirent du blason du chef de la ville. On retrouva d'ailleurs le sac qui contenait les tenues qu'ils auraient dû porter en plus du parchemin expliquant leur mission. Bien que vivant, Gro'Grimor garda de cette tentative de meurtre une blessure à la tête que l'on referma avec une plaque de fer, mais surtout, il grandit en lui une haine contre son ancien maître qui l'avait trahi, lui, son plus fidèle serviteur.


Le général fit alors changer de cap à son armée, qui filait jusqu'alors vers Saphyr, pour qu'elle se dirige vers une nouvelle destination de conquête. En effet, Dergor était certes encore affaiblit par sa blessure à la tête. Mais il se sentait la force pour mener ses troupes à la victoire contre son ancien maître. Et cela malgrés qu'il savait que celui-ci serait au courant de l'échec de la tentative d'élimination bien avant que son armée n'ait pu arriver ni à Saphir ni à Carch Angren. Il aurait pu penser qu'il serait préférable de se réfugier quelque part pour prendre des forces avant d'attaquer ou encore de que faire marche vers sa ville natale comportait le risque non-négligeable de tomber dans une embuscade. Mais son cerveau était trop embrouillé par la haine de la trahison ainsi que par sa blessure à la tête. C'est pourquoi, il n'envisagea même pas l'option de la fuite et fit immédiatement route vers son ancien suzerain et désormais ennemi.

Comme on aurait pu s'en douter, le voyage ne se déroula pas comme prévu. Son armée marchait le long de Fangorn quand des cris se firent entendre dans la colonne de marche et avant que l'on puisse comprendre qu'il s'agissait de cris d'agonies de guerriers fauchés par des trais d'arbalètes, une horde surgit des sous-bois pour fondre sur la troupe du dragon blanc et ce fut le chaos. Des soldats uruk-hai tuaient d'autres soldats dont la seule marque distinctive était un point blanc sur leur cuirasse, marque de leur appartenance à l'armée du général déchu. L'étendard de l'armée de Dergor ayant été créé à son passage en tant que général en référence à son surnom de Dragon Blanc et du fait que personne ne semblait pouvoir le surprendre en combat comme s'il avait trois têtes qui regardaient chacune d'un côté d'où le dragon tricéphale. Ce dernier était replié sur lui-même par un simple souci de facilité, les soldats pouvant ainsi se mettre un point sur le torse ou le casque ce qui était plus simple que de devoir dessiner un dragon à trois têtes.

Le combat tourna bien vite à l'avantage des embusqués et Dergor dût assister au massacre de ce qu'il considérait comme sa famille sans pouvoir faire autre chose que hurler de rage. Et bien qu'affaiblit par sa blessure tout juste soignée, il se jeta au combat comme le berserk qu'il était. Sa garde rapprochée, combattant à ses côtés, lui insufflait une force nouvelle et sa présence renforçait celle de ses hommes qui se battaient avec ferveur. Il ne réfléchissait plus et ne faisait que parer pour frapper ensuite avant de parer encore et de fendre ensuite. Encore et encore. Et les corps de ses ennemis s'empilaient à ses pieds et son corps se couvrait petit à petit de blessures. Ses hommes mouraient par centaine, mais pas un, non, pas un seul ne plia face à l'ennemi. Car leur chef était là et temps que ça sera le cas, ils combattront et mourront dans la gloire d'un combat déloyal.

Bientôt, il ne resta toutefois plus qu'une poignée de soldats autour du général et tout autour, les ennemis se regroupaient toujours plus nombreux. La fin était proche. L'écume aux lèvres avait remplacé les cris et seul la haine noire qui brûlait dans les veines du colosse l'empêchait de s'effondrer. Son corps n'était plus blanc mais sombre du sang des ennemis vaincus et des frères morts à ses côtés. De sa cuirasse d'officier supérieur, il ne restait plus rien, tant elle avait été lacérée par les lames ennemies. Son épée s'était brisée à la moitié de sa longueur à force de trancher des corps et de parer des coups. Mais s'il y avait bien une chose qui n'avait pas disparu c'était bien la détermination du colosse à envoyer tous ses chiens à la mort et tout particulièrement de planter la tête de son ex-suzerain sur une pique.


Dergor tenait sa lame fendue avec la force qui le caractérisait. Il se remit fermement sur ses appuis et comble pour l'ennemi, les chargea. L'écume noirâtre qui coulait de ses lèvres, se rependant sur sa barbe, le rendait encore plus effrayant et les soldats ennemis eurent un mouvement de recule. Le guerrier gronda et s'enfonça dans les lignes ennemies suivi de ses derniers guerriers. La boucherie qui en suivi fut si violant et dura si longtemps, que des gobelins situés sur une des montagnes non-loin de là l'entendit et le rapportèrent à leur chef. Le général déchu ne pouvait savoir cela et il se battait avec ses dernières forces, tuant toujours plus de guerriers ennemis et voyant de plus en plus des siens périrent dans des râles de sang. Sa lame se brisa une nouvelle fois, au niveau de la garde, après qu'il eut fendu un de ses congénères berserk de la tête jusqu'à l'entrejambe. Il lâcha alors sa poignée, désormais inutile. Mais contrairement à ce que croyait ses adversaires, il ne comptait pas se rendre, même désarmé et à bout de force. Car il était un berzerk, parce qu'il était Dergor le dragon tricéphale ! Il se jeta encore plus férocement dans la mêlée, arrachant les membres et la gorge de ses anciens frères à la force de ses bras ou à coup de dents.

Mais il arriva un moment où même les plus forts s'effondre. Entouré d'ennemi toujours trop nombreux, Dergor tomba à genoux. Son souffle était court et son regard flou. Il ne pouvait plus bouger, mais les soldats autour de lui n'osaient pas approcher de peur, oui je dis bien de peur, qu'il ne s'agisse encore que d'une ruse pour ôter la vie à l'un d'eux. Le fier guerrier leva son regard au ciel pour regarder le ciel et une pensée lui traversa alors l'esprit et cette pensée le fit rire d'un rire tonitruant. Car ce qu'il voyait, s'était le soleil se coucher. Son dernier jour aura donc été passé à se battre du matin jusqu'au soir. Puis son cerveau compri qu'il ne s'agissait pas de la nuit tombante et rassemblant le restant de ses forces, il se jeta sur un dernier adversaire qu'il plaça entre lui et ce ciel tombant. Et une pluie de flèches s'abattit sur le restant de l'armé, fauchant dans des cris d'agonies et de souffrances les ourouk-hai encore en vie.

Dergor se dégagea du corps criblé de flèches qui l'en avait protégé. Son cerveau, embrumé par les blessures et la fatigue, ne comprenait pas ce qui venait de se passer et il refusait, quel que soit son nouvel ennemi, qu'il l'accueil couché. Il se redressa donc sur ses genoux, mais quand il essaya de se relever, sa tête lui tourna et il s'effondra comme une masse. Il entendit des bruits de pas et des cris qu'il ne reconnut pas. Les voix qu'il entendait étaient plus aiguës que celles qu'il était habitué à entendre. Rassemblant le reste de ses forces, il redressa sur ses genoux et ses bras. Il voulait savoir à quoi il avait affaire. C'est quand il vit deux pieds tordus supportant deux jambes arquées se poser devant lui qu'il comprit enfin qu'il s'agissait de gobelins. Ne sachant pas s'il s'agissait d'ami ou d'ennemi et comme la réflexion n'était pas son point fort dans son état, il sauta sur l'avorton qui s'était présenté devant lui et allait proprement lui arracher les bras quand celui-ci couina une phrase qui lui fit stopper son geste.

-Ami ! Notre grand roi veut voir combattant féroce.

Dergor dévisagea le cloporte qu'il tenait dans ses mains puissantes. Il fronça des sourcils avant de regarder autour de lui pour constater qu'il était entouré d'une troupe de gobelins qui bandaient tous leur arc dans sa direction. Il relâcha alors sa proie, la laissant choir comme un sac. Il fit un quart de tour avant de se tenir la tête, car celle-ci n'avait pas trop aimé sa relevée soudaine et il tomba à genoux dans un grondement. Ses bras n'arrivaient plus à se lever. Il était tout simplement totalement vidé de ses forces. Ce fut au tour de son corps tout entier de faillir. Sa vue commençait à se troubler.

-Je serais heureux de le voir. Réussi-t-il à articuler avant de s’effondrer sur le sol.        

Il se réveilla sur une civière portée par six gobelins. Des bandages sommaires avaient été fait avec un tissu dont il était difficile de savoir s'il était sale à cause des blessures ou d'origine. Ne comprenant pas ce qu'il faisait là, Dergor se débattit et dans ses mouvements chuta de son embarcation.  Un gobelin-porteur émit une sorte de couinement et la troupe fit immédiatement halte. Une dizaine de gobelin se portèrent à sa rencontre, tous armés de lances ou de dagues. L'un d'eux, seul ne portant pas son arme en main et que Dergor reconnu comme étant le premier des gobelin qu'il avait vu, prit la parole :

-Ami ! Notre grand roi veut voir combattant féroce. Toi blessé gravement et nous tous mort si toi mourir. Donc toi, te recoucher sur lit médical de nous et plus bouger.

Dergor fronça une nouvelle fois des sourcils. Puis il se rappela de toute l'histoire et hocha finalement de la tête avant d'obtempérer sans réel enthousiaste. Il était terriblement fatigué et bien qu'il ne sache pas vraiment ce que lui voulait ces gobelins, ils ne semblaient pas hostile pour le moment et semblait même vouloir le soigner. De toute manière, il était seul et désarmé et eux nombreux en plus d'avoir ce qui semblait correspondre à leur définition de l'armement. Autant fallait-il mieux se reposer autant que possible et voir ensuite s'il fallait les réduire en pièces.

Il ne fallut pas très longtemps pour arriver dans la capital gobeline ce qui indiqua à général qu'il avait du dormir durant une bonne partie du trajet ce qui l'inquiéta quelque peu, car il se sentait encore terriblement épuisé. C'est pourquoi, il avait espéré que ses soigneurs lui laissent un peu de temps une fois arrivé pour reprendre ses forces. Mais il n'en fut rien. On l'emmena rapidement à la coure du Roi gobelin qui semblait intrigué par le colosse blanc. Le gobelin qui était le seul à lui avoir adressé la parole expliqua au roi comment ils l'avaient retrouvé et le déroulement de la bataille d'un point de vue extérieur d'une petite vermine qui se serait faite tuée par un ourouk-hai manchot et aveugle en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Ce qui était pratique dans cette situation, c'était qu'étant de nature couard et faible, le conteur augmentait encore plus le combat, racontant que le colosse blanc avait presque détruit toute l'armé à lui tout seul et qu'il était encore debout malgré toutes ses blessures comme si celles-ci ne lui faisaient rien. Ce qui était faux bien sûr, mais cela semblait plaire au suzerain qui examina le berserk avant de poursuivre la conversation...(suite durant un RP)    
   

Traits physiques:

Dergor est haut de ses sept pieds un pouce et large comme deux Uruk d'âge adulte. D'une force colossal, il portait en permanence son épaisse cuirasse de général qui augmentait encore la largeur de ses épaules et rendait encore plus intimidant la machine à tuer qu'il est déjà. Bien qu'ayant perdu cette dernière, il compte bien la remplacer le plus rapidement possible. Son visage est blanc, comme tout le reste de son corps, car il est albinos, ce qui fait ressortir la couleur vert-jaune de ses yeux, pour le reste, il est de forme carré et marqué par de nombreuses cicatrices. Une plaque de fer est accrochée au haut de son crâne et referme la blessure qu'il subit lorsqu'il fut trahi par son ancien maître. Il porte une longue barbe rousse claire ainsi que de longs cheveux de la même couleur coiffés en rastas grossières.

Il portait toujours sur lui son épée longue à deux mains qu'il gardait dans le dos. Cette dernière marquait son appartenance parmi la caste très fermée des berserks. Il utilise désormais une masse d'arme qu'il a trouvé de la citée gobeline.

Traits psychologiques:

Dergor est-ce que l'on peut appeler un fanatique, quoi de plus logique pour un berserk me direz-vous. Mais il s'agit d'un fanatique intelligent ce qui le rend encore plus dangereux. Pour lui, tout le monde doit se plier à sa volonté, autre fois celle de son maître, ou doit périr. Il n'y a pas de demi-mesure avec lui et tout dans son comportement ira dans ce sens. Par exemple, il se montrera toujours fidèle à ses engagements et par cela, il n'acceptera pas la trahison. Toute personne faisant acte de traîtrise devra par conséquent le payer de sa vie sans aucune chance de se faire épargner sauf en réussissant à prouver qu'il n'y avait nullement trahison.

En contrepartie, il se montre toujours généreux envers ceux qui le servent. Son dicton préféré est d'ailleurs : « Servez-moi et vous vivrez sans besoin, trahissez-moi et ma lame sera la dernière chose que vous verrez avant de mourir ». Bien qu'autre fois, le « moi » était remplacé par le nom de son seigneur qu'il a désormais banni à jamais de sa bouche. Par ailleurs et pour la même raison, si un jour il retrouvait un nouveau maître, ce dernier ne devra jamais oublier le côté double tranchant du personnage qui, s'il est magné avec adresse, se révélera être un pilier sur qui on peut compter les yeux fermés. Mais dans le cas contraire, il  deviendra votre pire ennemi jusqu'à son dernier souffle. Il n'a aucune pitié en lui sauf si son supérieur le lui demande et il obéira à un ordre avec un zèle et un dévouement extrême. Ce qui explique son incompréhension quant à la trahison de son ancien maître qu'il n'aurait jamais trahi.

Les nombreuses années qu'il a passées aux commandes des armées de son seigneur en ont fait un commandant, un tacticien et un guerrier hors pair. Lors d'une guerre et en rapport avec sa nature, il ne fera pas de quartiers, pillant et détruisant tout pour bien faire comprendre à de futures adversaires qu'il vaut mieux de plier immédiatement l’échine devant lui. Il fera ensuite payer à son nouveau vassal l'intégralité du coût des pertes subies durant toute la durée de la guerre. Cela même si on doit pour ce faire saigner à blanc les villes conquises. Il se montrera intraitable envers les perdants qui devront courber l'échine devant lui ou mourir dans d’atroce souffrance avant de rejoindre sa collection de tête.

S'il y a bien une chose que tous les années qu'il a passé à la guerre ne lui ont pas enlevé et ont même accentué c'est bien sa soif de sang. Il n'est véritablement heureux qu'en voyant ses ennemis tomber de sa main, leur sang coulant sur son visage et dans sa bouche. C'est d'ailleurs qu'en ce genre d'occasion que l'on pourra le voir sourire et généralement, s'il n'y a pas de cadavres à ses pieds à ce moment-là, c'est qu'il pense à un beau massacre... Ou à votre mort. Il ne respecte que la force et l'intelligence avec laquelle on s'en sert. Ne montrer donc jamais votre peur devant lui car s'il y a bien une chose qui peut lui donner envie de voir votre sang c'est bien de lire celle-ci dans vos yeux. Au contraire, soyez brave et garder toujours la tête haute, et il vous parlera comme à son égal. Il ne faut toutefois jamais l'erreur de le prendre de haut, et cela surtout si vous n'en avez pas la carrure, car un duel vous sera alors demandé et il y a de forte chance que ce soit votre sang qui finisse par couler à flot continu en même temps que votre vie quittera votre corps.

Contrairement aux autres berserks enclins à des pertes de contrôles causées par une furie sanguinaire, Dergor n'y succombe plus que rarement. Plus intelligent que les autres de sa caste, il arrive la plupart du temps à se contrôler, c'est d'ailleurs cela qui lui a valu de pouvoir devenir un général en étant un berserk fait normalement pour tuer. Ce qu'il apprécie le plus est la possibilité de mettre à mort le plus d'ennemis possibles avec le moins de pertes, dans le sens où, son objectif est de goûter au sang de ses ennemis et non-celui de ses propres guerriers. C'est d'ailleurs en partie cela qui lui valut le plus grand respect de ses uruks avec le fait qu'il aime participer aux combats avec ses soldats. Protégé par une garde personnelle obligatoire en vue de son rang, mais c'était déjà beaucoup mieux que la grande majoritée des chefs d'état-major.

Dans les rangs de la grande race des orques, les seuls guerriers qu'il respectait vraiment et considérait réellement comme des guerriers sont morts lors de l'embuscade qui lui valut son exile, il est en effet peu probable qu'il arrive à considérer des orques ou des simple gobelins pour autre chose que des créatures faibles et désorganisées bonnes qu'à mourir pour assouvir les ambitions de créatures plus grandes et plus fortes qu'eux. Il est bien sûr évidant qu'il apprécie les autres ourouk-hai, mais temps que ceux-ci ne lui auront pas fait leurs preuves, il ne s'agira pour lui que de guerriers aux potentiels plus grand que les autres.
   
Particularités de votre personnage : Peau blanche comme les premières neiges ; Plaque de métal cloué à son front ce qui le rend assez moche ; des yeux de tueurs ; Taille et stature impressionnante ; A ne pas prendre pour un con, mais pas pour un génie non-plus ; Bon diplomate quand il le veut bien ; Parfois des pertes de contrôle ; Soif de sang et de carnage ; Dédain pour les autres races et parfois même la tienne sauf rare exception ;

Expérience du RP: Assez bonne. Après, je vous laisse en juger.

Présence par semaine: Tout les jours, peut-être qu'une fois et pas longtemps, mais tous les jours.

Présence par semaine: DC de Grogmar

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI

DC de Grogmar


Dernière édition par Dergor le Lun 7 Avr 2014 - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huruk

avatar

Nombre de messages : 6919

~ Fiche ~
~ ~: Homme
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 13:12

Bon, jolie fiche. J'aime bien l'histoire et tout se tient plus ou moins.
Pour ma part c'est tout bon, attendons de voir ce que disent les autres joueurs (et admins) mais je pense que tu vas pouvoir commencer rapidement.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI

Cair Andros ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derfel

avatar

Nombre de messages : 9

~ Fiche ~
~ ~: n/a
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 14:38

(la Moria est pas déjà prise? Belle fiche en passant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huruk

avatar

Nombre de messages : 6919

~ Fiche ~
~ ~: Homme
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 14:43

C'est pour un JI et pas un dirigeant donc il n'y a pas de problème car il y en a un dirigeant à la Moria.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI

Cair Andros ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derfel

avatar

Nombre de messages : 9

~ Fiche ~
~ ~: n/a
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 14:50

ah ouais merde j'avais pas fais gaffe, bah j'ai rien dit ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fînduir

avatar

Nombre de messages : 4434

~ Fiche ~
~ ~: Elfe
~ ~: Enfant de Premier-né

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 15:33

Fiche sympathique ^^

Attention toutefois au français : il y a énormément de fautes de langue...
Attention aux accords... on met des "s" quand les termes sont au "pluriel".

Se = pour un verbe réfléchi ("il se dit qu'il..." "il se frappa la tête contre le mur")
Ce = adjectif ou pronom démonstratif ("Ce jardin" comme pour "Cette plante").

Attention à la conjugaison des verbes également. Je conseille vivement ce site quand tu as des doutes : http://la-conjugaison.nouvelobs.com/
(suffit de chercher le verbe qui nous intéresse et on obtient toutes les conjugaisons à tous les temps)

Attention à la différence entre un participe passé et un verbe au passé simple conjugué à la troisième personne du singulier : il survécut (avec T à la fin) / il a survécu (participe passé sans T à la fin). Cela vaut pour énormément de verbes...

Toutefois s'écrit en un seul mot (et pas "toute fois")

Etc... etc...

Dommage qu'il y ait autant de fautes, l'histoire est sympa. Un texte, ça se relit encore et encore pour assurer qu'il y a le moins de faute possible.

Toutefois (en un mot), bon jeu à toi Wink


PS : limite toi à écrire des textes courts si tu as du mal à relire et assurer la correction d'un aussi long texte.


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dergor

avatar

Nombre de messages : 11

~ Fiche ~
~ ~: Ourouk-hai
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 16:05

Je vais corrigé ça... Je dois bien avoué que je n'ai pas relu mon texte ce que je fais normalement

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI

DC de Grogmar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iundis

avatar

Nombre de messages : 2769

~ Fiche ~
~ ~: Orque
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 16:51

Rp Sympa. J'attends la suite !

Comment ça c'est à moi d'écrire la suite ?!? Ah merde ! ><


Bon bah, j'attends ma suite alors ! Wink

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI
Un jeu sans moi, est un jeu où la victoire ne vaut rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dergor

avatar

Nombre de messages : 11

~ Fiche ~
~ ~: Ourouk-hai
~ ~:

MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    Lun 7 Avr 2014 - 16:58

Voilà, corrigé grâce à mon tendre ami Bonpatron.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI

DC de Grogmar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir    

Revenir en haut Aller en bas
 
[JI/Dergor/Ourouk-hai/Moria] Un Berserk et une douce vengeance à venir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Décors Moria et Autres.
» Du nain de la moria au nain de hammermount
» Les Portes de la Moria
» La moria...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu :: Avant le Jeu :: Le Registre-
Sauter vers: