A tout nouveau joueur potentiel, le forum est inactif depuis plusieurs années. Si vous êtes un ancien nostalgique, passez dire bonjour à la taverne !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [D/Huruk/Homme/Cair Andros]

Aller en bas 
AuteurMessage
Huruk

avatar

Nombre de messages : 6919

~ Fiche ~
~ ~: Homme
~ ~:

MessageSujet: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   Mer 2 Avr 2014 - 5:20

[HRP]
Bon je suis parti sur la même chose que la pseudo version précédente où on n'a pas pu jouer. Donc revoilà mon petit Gondorien, faut dire que je gère les Ourouk-Hai donc ça serait sympa de changer un peu.





Fiche du personnage :



Peuple : Gondor

Race du personnage : Homme

Nom du personnage : Huruk, de son vrai nom Gellan Egel

Âge du personnage : 20 ans

Sexe : Masculin

Ville : Cair Andros

Drapeau de Cair Andros :




Présentation de votre personnage :

Qui suis-je ?? Qui suis-je, moi qui me tiens là sur ce corps, le regard embrassant les flots qui semblent crier d’agonie… ou... de joie ?? Mon regard s’arrête sur l’homme que je piétine, il était pour beaucoup dans ce que je suis, en bien comme en mal. Sans lui serais-je meilleur ou pire ou serais-je simplement moi ?? Que de questions, que de choses futiles.

Le vent vient alors à mon secours, l’air ravive mes sens, mon visage sent à nouveau l'air frais qui frappe mes joues, l'odeur du sang et de l'urine et le son de tout ce qui m'entoure. Je remets doucement mes pensées en ordre. Tout allait pourtant si bien…


Mon père, Metheno, n’était qu’un brigand du Nord… il avait reçu une très bonne éducation, dans une petite ville dont j'ignore le nom, il savait lire, écrire, compter, et cela dans trois langues… Mais en ces temps troublés cela ne suffisait pas… cela n’assurait pas de vivre. Il devint petit à petit un voleur grâce à ses connaissances et ses dons de beau parleur. Par la suite il entra dans une bande de voleurs et devint leur chef. En peu de temps il se trouva à la tête d'une grande bande de bandits de grands chemins.
Le monde est ainsi fait, il est composé de choses futiles… et pourtant, sans elles rien ne serait semblable. S'il avait choisit une autre voie…
Mon père, voyagea vers le sud avec sa bande, en quêtes d’aventure mais surtout pour fuir des soldats et ils se retrouvèrent dans cette région calme et sauvage, vivant de chasses, de vols et de tueries. Ils ne manquaient de rien, mais était-ce vraiment une vie ? Moi je ne pourrais pas vivre ainsi, j’ai besoin de chose fixes, immuables… ces choses qui s’effondrent maintenant autour de moi…
Il finit par tomber sur un petit village situé sur une île, un village où il tomba éperdument amoureux d’une des femmes. Une femme dont le père était un des plus riches commerçants de la région et qui était considéré comme étant le seigneur local descendant des anciens rois. Suite à cette rencontre totalement fortuite, mon père se lassa de sa vie de bandit aussi vite que des Ouargues dévorent un lapin.

Que de choix l’amenèrent ainsi à ce dénouement…

Il passa de rang de chef à celui de gendre du seigneur local. Ses anciens compagnons se joignirent, pour la plupart, à lui, renforçant les forces de la province et l’amenant vers un destin plus radieux… du moins pour un temps... La vie était simple, mon père tua quelques uns de ses anciens camarades qui tentèrent de retrouver leurs vieilles habitudes et la paix s'installa. Le père de Miriel, ma mère, n’était pas des plus malins et mourut de maladie suivant sa femme décédée peu de temps avant. Mon père devint alors le nouveau seigneur et fit régner la paix dans la région.
C’est là que je fis mon entrée dans ce monde, une entrée discrète et si simple. Derrière, à peine deux ans plus tard venait ma sœur. Que de beauté dans un si petit être…

Mais toute chose a une fin, tout est régit selon nos décisions… et quelles décisions.

Je ne pouvais devenir un bouseux, un perdant. Aussi mon père m’éduqua, me donnant des cours de mathématiques, de langue, d’écriture, de gestion, de tactique, d’histoire, de géographie, mais aussi de combat, d’anatomie et d’armement. Son bras droit, Onsrau, m’entraîna dès mes 4 ans. Ils essayaient de faire de moi un parfait général pendant que ma sœur se transformait en déesse… si jolie, si aimée… Moi, j’étais mauvais, mauvais en tout ce que j’entreprenais. A l’épée j’arrivais à maîtriser les bases, mais pour les cours que je qualifiais de théorie, j’étais plus nul que nul. Mon père s’énervait souvent et commença à ne plus s’immiscer dans mes cours laissant tout le travail à mes professeurs. La seule chose que j’aimais c’était les anciennes légendes et les histoires de notre monde. Je rêvais d’antique guerrier, de terribles rois et d’espèces meurtrières, mais aussi de lointain pays et de princesse Elfe.

Vint alors une chose que je n’avais pas calculée… non ce n’est pas vrai, je n’en pouvais plus, il me fallait prendre une décision. M’étais-je dis que c’était le seul moyen de vivre ? Ou bien ne pouvais-je plus vivre dans l’ombre de mon père ?
Je désertais, me rendant dans les champs, j’appris à me salir les mains, mon père m’avait obligé à travailler jeune, mais jamais je ne m’étais autant investit. Cette vie je ne l’avais jamais vraiment voulue, je ne l’avais jamais désirée, mais je l’aimais. Mes parents me surveillaient de loin voulant me laisser le choix… ce choix que j’ai pris après il me semblait tant de réflexion… illusions, voila le mot qui me vient maintenant.
Je gardais un contacte avec eux, surtout avec ma sœur, une jeune fille qui devenait si belle… si belle qu’à ses seize ans il valait mieux lui trouver un mari rapidement. Mais pour une telle beauté, mes parents ne comptaient pas choisir le premier venu aussi la recherche commença. Dans le village, qui ne cessait de grandir, on se battait pour elle… en réalité on se battait aussi pour elle dans tout les villages voisins. Mais personne ne trouvait grâce à ses yeux et à ceux de mes parents.


Le temps passait calmement mais c’est ainsi que tout bascula, un nouveau choix…

La nuit tombait et je retournais voir mes parents et embrasser ma sœur. Voila quelques semaines que je ne les avais pas vu.
J’ai maintenant 19 ans, ils ne peuvent plus me contraindre à faire quoi que ce soit… mais l’avaient-ils réellement fait un jour ? Je marchais tranquillement entre les maisons quand je croisais Onsrau le bras droit de mon père depuis trente ans. Il semblait surpris de me voir ici mais me sourit et m’invita à boire un verre dans l’établissement qui servait au village de taverne. Notre village se trouvant éloigné des chemins classiques, nous vivions tranquillement sans trop de visite. Mon ancien maître d’arme m’offrit un verre puis un autre, nous parlâmes de choses et d’autres, il me raconta à nouveau ses aventures passées, la soirée fut sympathique et je décidais de repousser ma visite chez mes parents au lendemain, après avoir décuvé dans l’auberge.
Un choix, encore un…
Pourquoi est ce que je m’éveillais au milieu de la nuit cette nuit la ? Je n'en sais rien, une vessie pleine, un cauchemar, une prémonition... Aucune idée, mais qu'importe car cela me sauva de la lame rouillée qui me manqua de peu. Comme un rêve, je me vois courir pour échapper aux deux hommes qui me poursuivent. Je fonce sur la route et me jette contre la porte d’entrée de la maison de mes parents, ma maison, l’endroit qui m’a vu grandir, mon refuge… Si seulement la porte était verrouillée. Si elle avait été fermée, je n’aurais pas vu ma mère éventrée dans le hall, si je ne m’étais pas figé devant ce spectacle, un rayon de la lune n’aurait pas illuminé le bas des escaliers montrant ainsi mon père qui gisait dans son sang, une dague encore plantée dans le dos. Si je n’avais pas fuit, en prenant par le salon, pour échapper aux deux hommes qui arrivaient derrière moi, je n’aurai pas pu voir ma sœur immobilisée par Onsrau…
Ma vessie finit de se vider sur mes chausses et l’air refusa d'entrer dans mes poumons pendant une fraction de seconde qui me sembla durer une éternité. Il m’aperçut et cria quelque chose, une voix que je ne connaissais pas, un démon était-il entré dans cette demeure ? Non, maintenant que j'y pense, je n’ai jamais pu réfléchir ainsi... Sur le moment une seul chose à faire m'est apparu: Courir !! Un choix, un simple choix, j’aurais pu m’écrouler, me battre, rebrousser chemin… mais non. Moi, j’ai choisi la fuite. J'ai fuis par la petite porte sur le côté de la maison, maintenant, mon ancien maître d’arme me poursuivait avec les deux autres hommes. Trois anciens bandits, trois machines à tuer. Mais trois machines qui commençaient à rouiller.
Ils ne pouvaient me rattraper, nous montions sur les hauteurs et je ne pouvais fuir bien longtemps, ils le savaient.

Je ne sais si pendant ma course je pensais à tout ça, je pris la décision de prendre le sentier des biches, encore un choix… un choix arbitraire dans l’action… si simple si ridicule. Un de mes poursuivants s’encoubla et roula en bas du sentier emporté par ses armes et ne se releva pas. Mais les deux autres étaient toujours là, je sentais leur regard sur ma nuque, je fatiguais, l’air me manquait… Et le soleil décida qu’il était temps, temps de faire naître un nouveau jour, un jour si beau après cette nuit de sang. Dans ses premiers rayons, je m’écroulai et tombai à genoux, incapable de continuer, prêt à mourir.
Mon heure était venue, je l’avais accepté. Mais derrière mes respirations hachées aucun bruit ne troublait ces lieux. J’étais seul, seul… mes jambes se réveillèrent, me redressèrent et je repartis, vite, vite faire le tour, arriver avant eux. J’arrivais enfin au village par un autre chemin et me dirigea vers la place, espérant trouver de l’aide. Mais ils m’attendaient déjà. Onsrau était maintenant le chef, il venait de revenir et semblait enragé que je l’aies fait courir ainsi.
Les hommes présents me regardaient, certains ricanaient d’autres cachaient leurs larmes. Onsrau s’approcha de moi en sortant doucement son épée, le bruit de la lame s’échappant du fourreau me fit frémir de peur, la lame qui mit fin à la vie de ma mère, la main qui tua mon père, le visage de celui qui avait sans doute assassiné ma sœur s’approchaient de moi.


Un bête choix avait rendu tout cela possible. Le Choix de rendre visite à mes parents, si j’étais resté à la ferme alors je n’aurai pas eu à subir cette terrible nuit. Et je n’aurai pas eu la possibilité de pleurer ainsi après avoir vu tant d’horreurs, ma gorge aurait été tranchée simplement et sans bavure.
Mais il était trop tard, mes choix et ceux de mes ancêtres m’avaient amené à cette heure fatidique. Mon destin s’avançait vers moi. La mort me souriait en s'avançant, je voyais sa silhouette se détacher de ce jour naissant. Oui, c’était son heure de gloire. Et son heure de gloire ne fut pas courte... après tout tant que des gens s'effondraient elle était heureuse... Oui, son heure de gloire et celle de ma dague, cadeau de mon père pour mon premier cerf tué, gravé par ma mère et décorée par ma sœur.


Et maintenant que le vent me rappelle tout ce que je viens de vivre, il me chuchote à l’oreille des mots que je ne comprends pas.
Pourtant doucement je retrouve la vue et découvre que tous s’incline devant moi, le touché alors que le sang d’Onsrau coule le long de mes doigts, le gout du sang et de la salive que j’avale difficilement, l’odeur, encore, du même sang et de l’urine qui m’entoure, l’ouïe et les cris de ma sœur courant vers moi.

Je suis en ce moment si misérable que les plus grands des anciens Rois se seraient inclinés devant moi.



Soudain deux hommes se trouvant avec les autres se jetèrent sur le jeune homme. Le premier s'effondre une dague plantée dans le dos et le second se retrouve plaqué au sol par d'autres habitants. Le village l'acceptait comme seigneur.

*Le vent et les flots m’encouragent, ils m’appellent de toutes leurs voix !!!
J’entends leur chant.
Et je vais les suivre, je vais devenir le nouveau seigneur de ces terres. Non, de devenir plus que ça !!*

Huruk prit alors la parole devant presque tout le village qui s'approchaient timidement:
Aujourd’hui, je deviens votre nouveau Seigneur, aujourd’hui je prends un nouveau nom !!
Désormais, je serai Huruk !!
Et je vous assure que notre village connaîtra joie et richesse.
Notre temps est désormais venu.


C’est ainsi que son nom fut oublié, c’est ainsi qu'il entra dans la légende.




Particularités de votre personnage :

Caractère :
Huruk ne connaissait pas l’avidité et le gout du sang, mais lors de cette fameuse nuit, il devient aussi avide de victoire qu’amoureux de l’or. Pourtant il n’est absolument pas pingre, il dépense tout pour son peuple (ou du moins, il semble tout dépenser), s’assurant une emprise sur eux.
Il reste malgré tout très amoureux de la terre et aime travailler aux champs quand il en a l’occasion, obligeant ses gardes à faire de même. Huruk reste un jeune homme sensible et à l’écoute de son peuple, mais si on lui tourne le dos il peut vous trancher la gorge pour le principe. Il peut entrer dans des crises et s'enferme alors seul pour "réfléchir" explique-t-il ensuite, mais personne ne sait se qu'il fait à ces moments là.
Huruk a été éduqué par son père, sa mère et de nombreux professeurs, apprenant la lecture et l’écriture, il est tout à fait à l’aise avec les chiffres, pourtant, il préfère l’exercice physique aux exercices mentaux. Il adore, toutefois, parler philosophie et se passionne pour les anciennes légendes. Ce qu’il pense est obscur pour tout le monde, même pour sa sœur.
Pour Huruk, le temps est sans importance, seule la famille est importante


Physique :
Jeune homme d’environ 1m75 musclé, car il a toujours manié les armes comme la charrue. Ses cheveux blonds sont rarement coiffés, mais il essaie de s’en occuper, de temps en temps, lorsqu’il doit paraître important. Ils encadrent un joli visage qui fait de lui un seigneur aimé sans pour autant être adulé. Huruk sourit facilement et aime rigoler, mais il a parfois un regard dur et même parfois absent.
Il porte une cicatrice dans le dos que lui a fait un jour un bandit qui aurait mieux fait de savoir viser, et une autre à la jambe gauche qui ressemble à une croix, souvenir d’une chasse aux sangliers un peu mouvementée alors qu’il n’était qu’un enfant.
Etant droitier, son plus grand défaut est de ne pas savoir manier l’épée de la main gauche même si il a, toutefois, réussi à développer son maniement de l’arc et de la pioche lui permettant d'utiliser n’importe quelle main.
Huruk n’aime pas spécialement porté des tenues extravagantes, sa sœur essaie désespérément de lui faire porter de nouveaux habits, mais il préfère sa tenue de combat ou ses vêtements de travail aux champs. Petit à petit il commença à porter une tenue en cuir simple, simplement relevé par le blason de sa famille pour tenir son nouveau rang.





Expérience du RP : Correcte


Présence estimée par semaine : Aucune idée, au moins 4 ou 5 fois par semaine.


Comment avez-vous découvert ce forum ? Arrivé ici au début de la V1, ce forum m'avait été conseillé par Talioran. Devenu modo puis admin par la suite, je suis un des anciens de ce forum (et surement celui qui a le plus posté de message XD ).

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI

Cair Andros ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fînduir

avatar

Nombre de messages : 4434

~ Fiche ~
~ ~: Elfe
~ ~: Enfant de Premier-né

MessageSujet: Re: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   Mer 2 Avr 2014 - 9:41

Et bien que dire si ce n'est que ton histoire est vraiment exceptionnelle !

Bravo pour ce RP Huruk.

Je t'ai donné 1pt de prestige pour ton écriture ^^


PS : n'oublie pas de mettre en signature le lien direct vers ta fiche de personnage Wink

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huruk

avatar

Nombre de messages : 6919

~ Fiche ~
~ ~: Homme
~ ~:

MessageSujet: Re: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   Mer 2 Avr 2014 - 13:58

Merci, c'est gentil.
Pas de problème pour ma signature.

Ca veut dire que je peux commencer à jouer monsieur ??

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI

Cair Andros ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fînduir

avatar

Nombre de messages : 4434

~ Fiche ~
~ ~: Elfe
~ ~: Enfant de Premier-né

MessageSujet: Re: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   Mer 2 Avr 2014 - 13:59

Ahahah bien sûr Wink

Moi je suis encore en train de retravailler ma fiche ^^

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
cliquer ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huruk

avatar

Nombre de messages : 6919

~ Fiche ~
~ ~: Homme
~ ~:

MessageSujet: Re: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   Mer 2 Avr 2014 - 14:10

Ouais !!!
Merci

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Fiche du personnage :
Cliquer ICI

Cair Andros ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [D/Huruk/Homme/Cair Andros]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[D/Huruk/Homme/Cair Andros]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BIEN] Gondor
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Voilà un homme que Sarko ne comprendra pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu :: Avant le Jeu :: Le Registre-
Sauter vers: